16/04/2010

"Avatar" ou la soif d'absolu...

James Cameron

Comme je le dis souvent, il suffit d'observer tout ce qui se dit, se fait et se crée pour constater que le monde se penche à nouveau sur l'essentiel avec passion.

Ce film prend en référence les indiens d'Amérique qui eux aussi remerciaient et accompagnaient l'âme des animaux qu'ils tuaient pour se nourrir, qui eux aussi vivaient en osmose avec la nature, conscients que rien de ce dont ils profitaient ne leur appartenait, ils pratiquaient l'économie de la terre. Il y a aussi un petit quelque chose de l'Atlantide dans ce monde paradisiaque.

Cette idée est centrale dans le film, il y a une aspiration évidente au retour d'un paradis perdu, au respect de la vie et des croyances simples loin des certitudes séculaires occidentales destructrices.

Le 21ème siècle a soif d'absolu, ce genre d'oeuvre parle à la majorité, au-delà du marketing, ce conte montre à quel point un tournant s'est amorcé!

10:00 Écrit par Isabelle Dys | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Bonjour, je vs trouve très optimiste sur le tournant amorcé. La plupart des gens ont soif de consommation et de jouissance grandissantes. Ceux qui cherchent du côté de la spiritualité me semblent bien moins nombreux.
Les civilisations qui étaient proches de la nature ont disparu devant le rouleau compresseur consumériste.
J'ai cette soif d'absolu, mais ne trouve rien de solidement certain pour l'investir. Si on se construit des illusions, elles nous accompagnent au quotidien certes, mais ce sont des illusions ...
Le film Avatar se termine bien, mais c'est un film. Combien de lâchetés, de basseses qui triomphent tous les jours de l'idéal ?
Dîtes-moi ... mais concrètement.
Bien à vous,
Claude

Écrit par : ROUQUIER Claude | 28/04/2010

Les commentaires sont fermés.