15/07/2010

Telles qu'elles sont...

papillon.jpg
Nous nous fatiguons énormément nerveusement lorsque nous n'acceptons pas ce qui est, ou ce qui se déroule sous nos yeux, notre douleur vient donc de notre résistance.

Accepter ce qui est, c'est faire s'évaporer la douleur, vivre les choses telles qu'elles sont, c'est ça le bonheur...

23:05 Écrit par Isabelle Dys | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.